Blog & Actualités

Le recrutement dans le secteur des soins de santé et l’impact de la COVID-19

Partager ce post :

Alors que les travailleurs de la santé du monde entier s’exposent encore aux risques réels à fournir des soins essentiels pendant cette pandémie de COVID-19, les cadres et les leaders de talents mènent leur propre bataille pour tenter de relever les défis qui se posent sur un autre front critique des soins de santé :

Activités de sourcing et d’acquisition de talents.

Bien qu’il soit évident à l’heure actuelle d’affirmer que la COVID-19 a eu unimpact majeursur la manière de sourcer et de gérer les talents, le secteur des soins de santé est un domaine unique, car s’il constitue encore l’un des secteurs ayant une croissance les plus rapides de l’économie mondiale (il représente notamment 12 pour cent de la main-d’œuvre américaine), c’est aussi un secteur dans lequel il est historiquement et notoirement difficile d’attirer et de garder les talents. Étant donné que la pandémie n’a fait qu’exacerber cette dualité unique, pour des raisons que nous évoquerons plus loin, le moment est parfait pour examiner les changements que nous observons parmi nos clients issus d’organisations cliniques de pointe.

Cet article vous donnera une vue d’ensemble des tendances actuelles en matière d’acquisition de talents.

Allons voir cela de plus près.

Le recrutement, version virtuelle

Dans le secteur des soins de santé, le recrutement traditionnel est connu pour être un processus à plusieurs étapes, chronophage et plutôt archaïque. En fonction du poste, les qualifications requises, les tests de compétences, les mises en situation et les examens sur les pratiques de laboratoire ne sont bien souvent qu’un fragment du processus dans lequel s’embarque le candidat. Les vérifications des références, plusieurs niveaux de sélection des candidats (casier judiciaire, dépendances, etc.) et plusieurs entretiens présentiels obligent souvent les candidats à effectuer de longs trajets pour répondre aux exigences. Cependant, avec l’arrivée de la distanciation sociale et professionnelle due à la crise de COVID-19, les organisations de soins de santé ont été obligées d’adapter radicalement leurs processus d’acquisition de talents.

Des salons pour l’emploi virtuels aux entretiens par visioconférence, les organisations de soins de santés (y compris bon nombre de nos clients) se démènent pour fournir aux recruteurs les outils nécessaires pour sourcer, recruter et accueillir efficacement les recrues dans le climat actuel, et pour y parvenir dans la mesure requise. De nombreux départements en charge de l’acquisition de talents n’ayant pas envie de revivre les problèmes sans précédent des mois d’avril et mai afin de trouver des cliniciens de première ligne et des travailleurs de soins essentiels, nous nous attendons à ce que l’incertitude actuelle pousse encore, et dans certains cas contraignent à nouveau l’ensemble du secteur à se tourner vers la technologie et les processus d’embauche virtuelle (c’est-à-dire, à notre avis, une situation avantageuse à la fois pour les candidats et les recruteurs).

Une nouvelle législation uniformise l’embauche

Comme mentionné précédemment, le processus de recrutement dans le secteur des soins de santé est souvent long et laborieux. La lenteur des activités de sourcing est principalement due au fait que les qualifications obtenues ne sont souvent valables qu’au niveau de l’État ou du pays. En temps normal, par exemple, une infirmière accréditée résidant dans le New Jersey ne peut pas simplement traverser le pont Benjamin Franklin et aller chercher un emploi en Pennsylvanie sans s’être préalablement conformée aux critères de certification et d’accréditation de cet État. Si certains États ont des points communs ou ont conclu des conventions d’accréditation, la plupart conservent des règles locales en termes d’embauche, ce qui limite la circulation des travailleurs d’un État à un autre.

C’est ce manque d’uniformité entre les États qui a fortement contribué, au début de la pandémie, au fait que les efforts de réponse étaient fragmentés et parfois inadaptés à l’échelle nationale. Prenant acte de la nécessité d’accélérer l’engagement de cliniciens de première ligne, de nombreux États ont proposé une législation visant à réduire les obstacles à l’embauche et à harmoniser, au moins temporairement, l’acquisition et l’accueil des professionnels de santé entre les États. Tandis que le monde se prépare à une éventuelle deuxième vague de COVID-19, nous nous attendons à ce que d’autres efforts législatifs et de lobbying soient déployés pour accélérer l’engagement de personnel médical transfrontalier.

 La pénurie de talent se creuse alors que l’offre et la demande fluctuent

Même avant la COVID-19, la pénurie de talents dans le secteur des soins de santé constituait un casse-tête déconcertant et difficile à résoudre pour les professionnels de l’acquisition de talents. Aujourd’hui, en pleine pandémie, le taux de rotation traditionnellement élevé dans les soins de santé (en particulier dans les postes d’infirmiers) et la pénurie chronique de prestataires de premiers soins qualifiés (en particulier dans les zones rurales) n’a fait que s’intensifier. Avec la perte de 1,4 million d’emplois dans le secteur des soins de santé en avril (ici aussi, principalement au niveau des premiers soins) et une diminution du taux d’embauche de 19,4 pour cent par rapport à l’année précédente, l’industrie dans son ensemble a effectivement connu des jours meilleurs.

Et pourtant, contrairement à ce qui est mentionné précédemment, la demande en personnel spécialisé et en cliniciens de première ligne explose. Des spécialistes des voies respiratoires aux infirmières de soins intensifs, les départements de recrutement ont des difficultés à répondre à la demande, en particulier dans des zones fortement touchées par la COVID-19, comme à Los Angeles et New York. Cette augmentation de la demande pour des postes de niche déjà grevés par le risque d’épuisement professionnel – sans parler du vieillissement de la main-d’œuvre issue du baby-boom – signifie que les organismes de santé cherchent à repenser leur façon de séduire et d’attirer des candidats qualifiés. De fortes augmentations de salaire ont déjà eu lieu dans de nombreux endroits du pays, et nous espérons que l’accent soit remis sur le bien-être des employés alors que les équipes d’acquisition de talents cherchent à répondre à la demande croissante en talents spécialisés en cette période éprouvante.

Remettre l’accent sur l’image de marque de l’employeur

Depuis quelques années déjà, nous soulignons la nécessité pour les professionnels de l’acquisition de talents dans les soins de santé de réévaluer et de repenser l’approche de l’expérience candidats. De la personnalisation à la communication sur l’ensemble des canaux, en passant par des processus de candidature uniformisés, il est temps pour le secteur des soins de santé d’intégrer ces éléments relatifs à l’acquisition qui sont devenus des éléments fondamentaux des activités de recrutement dans diverses industries dynamiques. Une partie importante de cette nécessaire évolution de l’expérience des candidats sera le message et les thèmes clés (c’est-à-dire l’image de marque) que les organisations exprimeront alors qu’elles continueront à gérer les défis uniques que présente l’année 2020.

Nous ne pouvons tenir pour acquis le fait que nous vivons une période dans laquelle les professionnels médicaux s’engagent courageusement dans un travail à haut risque, et ce avec un sens du devoir vraiment remarquable. Les parties prenantes des soins de santé doivent refléter les valeurs de main-d’œuvre grâce à une communication cohérente et empathique. Notre nouvelle réalité exige que les organisations traitent en amont les questions essentielles pour les employés/candidats, qu’il s’agisse de la qualité des équipements de protection individuelle (EPI) ou de la mise à disposition d’un accompagnement psychologique. Nous nous attendons clairement à ce que les organisations qui privilégient la communication authentique et compatissante aient de meilleurs résultats en matière d’acquisition de talents alors que le secteur continue de s’adapter aux nouvelles normes établies pour le recrutement au cours de la pandémie.

Pour conclure…

Bien qu’il est probable que les prochains mois présentent des difficultés nouvelles et inattendues pour les ressources humaines dans les soins de santé, nos clients relèvent le défi et font face à l’adversité de la COVID-19 sans ciller. Ce faisant, notre meilleur écosystème de gestion de talents devrait prendre de l’importance puisque les organisations cherchent à pallier les pénuries de talents grâce à des programmes de mobilité interne solides et à des marchés de main-d’œuvre temporaire. Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter nos experts dès à présent.

Partager ce post :